Critique de la série La petite maison dans la prairie

critique de la série la petite maison dans la prairie

La petite maison dans la prairie, une série télévisée traversera les siècles !!! Comme moi, vous devez sûrement faire partie de la génération qui s’est laissé bercer par des séries comme docteur Quinn femme médecin, MacGyver, Starsky et Hutch ou encore Alerte à Malibu. Mais la petite maison dans la prairie reste quand même une des séries de cette époque les plus marquantes. Malgré le fait qu’elle ne soit plus vraiment diffusé de nos jours avec le recul et le temps nous pouvons en dresser une petite critique pour les plus nostalgique.

Synopsis

L’histoire de la petite maison dans la prairie raconte l’histoire d’une famille qui dans les années 1870 quitte une grande ville pour s’installer sur les terres de l’Ouest. À cette époque, il était deux bons augures de partir des villes pour aller s’installer et cultiver son lopin de terre avec sa famille.

À prendre en considération : Cette page

Un générique marque les esprits

Quand on parle de la petite maison dans la prairie ce qui va venir en tête de prime abord, c’est son générique. Quelques scènes très simples tournées de façon à présenter la série simplement avec humour tout en conservant le côté traditionnel de la vie de l’époque. On a aussi en tête la scène où la petite sœur de Laura Ingalls tombe dans les herbes hautes en descendant la petite colline. Je crois bien que cette scène est celle qui a le plus marqué et qui fait rire encore de nos jours.

Ma critique

En terme de critique, la petite maison dans la prairie inspire une sorte de téléfilm joyeux avec de la morale et respectant les traditions familiale et catholique de l’époque. C’est un peu de la série Disney pour adulte plein de clichés et essayant de faire passer un message comme les séries du type 7 à la maison ou encore Arnold et Willy. Les personnages sont bien choisis pour l’interprétation de leurs rôles c’est notamment pour le cas pour Nelly Olson qui a très bien su interpréter le rôle de petite peste vous pourri gâté quel est dans la série. En terme de décor, on peut dire que le réalisateur, a bien bossé et on retrouve vraiment l’ouest sauvage au début de la conquête avec des décors magnifiques sans compter des ours et des loups bien dangereux.

Le côté moralisateur de la série vient du traditionalisme familial américain dirigé par le monde catholique, sans pour autant qu’il soit inquisitorial. Malgré les erreurs de certains personnages, généralement, l’histoire se termine bien. On appréciera notamment le fait de voir les enfants de Charles et Anne Ingalls grandir et devenir adulte tout en affrontant les épreuves que la vie leur donne. Le côté vie à la campagne rappelle aussi qui n’est pas forcément nécessaire d’avoir de la technologie et des millions d’euros pour être heureux en famille et vivre correctement.

À aller voir aussi : Invictus (2009), pourquoi ce film est culte ?

Pour finir

La petite maison dans la prairie, c’est une série qu’on peut regarder facilement qui va pouvoir titiller les émotions de chacun, mais qui reste tout de même un peu cucul.

Par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *